Image 1 of 1

CP_FORUM_13.jpg

Une harpiste de
l’orchestre des Siècles en résidence au Forum arrive une rencontre dans un café associatif des Tilleuls, un quartier ordinaire de banlieue avec ses tours, ses
canapés pour dealers sous les porches et ses grilles de
magasins fermés.
Jeudi 13 novembre 2015, le nouveau maire UMP a mis fin à la convention qui liait le Forum, la Ville, les autres collectivités territoriales et l’État. L’association qui fait vivre le lieu ne survivra pas au-delà de fin décembre.
Ce sont vingt emplois permanents menacés ; deux-cents à deux-cent-cinquante intermittents déprogrammés pour la fin de la saison ; six compagnies en résidence fragilisées. Ce sont aussi des liens humains qui tissaient une ville au quotidien qui disparaissent. Les crèches, les écoles, les collèges, les lycées, les hôpitaux, les centres sociaux, les services municipaux, les maisons de retraites, les associations menaient avec les artistes en résidence des projets de toutes sortes depuis une quinzaine d’années.
Copyright
©Celia Pernot
Image Size
5616x3744 / 15.0MB
Contained in galleries
les derniers jours d’un théâtre populaire : le Forum de Blanc-Mesnil
Une harpiste de<br />
l’orchestre des Siècles en résidence au Forum arrive une rencontre dans un café associatif des Tilleuls, un quartier ordinaire de banlieue avec ses tours, ses<br />
canapés pour dealers sous les porches et ses grilles de<br />
magasins fermés. <br />
Jeudi 13 novembre 2015, le nouveau maire UMP a mis fin à la convention qui liait le Forum, la Ville, les autres collectivités territoriales et l’État. L’association qui fait vivre le lieu ne survivra pas au-delà de fin décembre.<br />
Ce sont vingt emplois permanents menacés ; deux-cents à deux-cent-cinquante intermittents déprogrammés pour la fin de la saison ; six compagnies en résidence fragilisées. Ce sont aussi des liens humains qui tissaient une ville au quotidien qui disparaissent. Les crèches, les écoles, les collèges, les lycées, les hôpitaux, les centres sociaux, les services municipaux, les maisons de retraites, les associations menaient avec les artistes en résidence des projets de toutes sortes depuis une quinzaine d’années.